Le Sutra du diamant

" Que penses-tu, Subhuti, 
vient-il à l’esprit de l’Arhat (1) qu’il a atteint l’état d’arhat ? » 
Subhuti répondit :
" Non en verité, ô Maître. Et pourquoi ?

 Parce qu’aucun dharma n’est appelé arhat. 
C’est pour cela qu’on l’appelle un arhat. 

Et pourquoi ? Je suis, ô Maître, 

celui que le Tathagata a désigné 
comme le premier de ceux qui demeurent dans la paix. 

Je suis un arhat sans convoitise 

et cependant, il ne me vient pas a‘ l’esprit 
que je suis un arhat et que je suis sans convoitise. 

Si, ô Maître, la pensée me venait que j’ai atteint l’état d’arhat, 

le Tathagata n’aurait pas déclaré que Subhuti, 
ce fils de bonne famille, le premier de ceux qui demeurent dans la paix, 
ne demeure nulle part. 
C’est pourquoi il est appelé un homme qui demeure dans la paix. "

(Sutra  du diamant n° 9 - traduction Osho Rajneesh)  


« Imagine encore, Subhuti, un homme ou une femme qui renoncerait à toutes les possessions autant de fois qu’il y a de grains de sable dans le Gange, et puis quelqu’un d’autre qui, ayant extrait de ce discours sur le dharma un simple passage de quatre lignes, l’expliquerait aux autres. 
En vertu de ceci, ce dernier acquérait une somme plus grande, incommensurable, incalculable de mérites.

(Sutra  du diamant n° 13- traduction Osho Rajneesh)

 
"A cet instant, le vénérable Subhuti, touché par le dharma, fut ému jusqu'aux larmes. Après avoir pleuré, il s’adressa ainsi Bouddha  : 


"Qu’elle est merveilleuse, ô Maître, qu’elle est infiniment merveilleuse, 
ô Bien-Disparu, 
la manière dont le Tathagata a donné cet enseignement sur le dharma."

Grâce à celui-ci, la cognition m’est venue
 et ce  n’est vraiment pas une perception. 
Et pourquoi ? Parce que les bouddhas, les parfaits, 
ont abandonné toutes les perceptions ».

Bouddha dit: « Ainsi en est-il, Subhuti. Merveilleusement bénis  seront les êtres qui, entendant ce Sutra, ne trembleront pas 

et ne seront ni effrayés  ni terrifiés. »
  
(Sutra  du diamant n° 14 - traduction Osho Rajneesh)  


- Subhuti demanda : " Y aura-t—il dans l’ère future, dans les derniers temps, à l’époque ultime des cinq cents dernières années, au moment de l’écroulement de la bonne doctrine, des êtres qui, lorsque ces paroles du Sutra seront enseignées, en comprendront la vérité ?

Bouddha répondit: “Ne parle pas ainsi, Subhuti ! Oui, même alors y aura des êtres qui, lorsque ces paroles du Sutra seront enseignées, 
comprendront la vérité  ? 

  Car même à ce moment-là, Subhuti, il y auras des bodhisattvas.
 Ils ne seront pas de ceux qui auront honoré un seul bouddha ou n’auront planté que sous celui-ci les racines de leur mérites. 

Au contraire, Subhuti, ces bodhisattvas qui, lorsque seront enseignées ces paroles du Sutra, trouveront ne fût-ce qu’une seule pensée de  foi sereine, compteront parmi ceux qui auront planté les racines de leur mérites  sous des centaines de milliers de bouddhas et auront honoré ceux-ci.

Le Tathagata les connait grâce à sa cognition de Bouddha, il les voit grâce a son œil de Bouddha. Ils sont Subhuti entièrement connus du Tathagata. 
Et tous produiront et acquerront
 une masse incommensurable et incalculable de mérites

 Et pourquoi ? Parce que, Subhuti, chez ces bodhisattvas, il n’y a : 
- ni perception d’un moi  - ni d’un être- ni d’une âme - ni d ’une personne.
Les bodhisattvas n’ont pas non plus : 

- ni la perception d’un dharma - ni celle d’un non-dharma.
Il n’existe en eux :- ni perception- ni non- perception.

Et pourquoi ?  Si, Subhuti, ces bodhisattvas avaient la perception soit d’un dharma, soit d’un non-dharma, 
ils auraient de ce fait l’idée d’un moi, d’un être, d’une âme, d’une personne. 
Et pourquoi ? Parce qu’un bodhisattvas 
ne doit avoir l’idée ni d’un dharma, ni d’un non-dharma.

Pour cette raison, cette phrase au sens caché a été enseignée par le Tathagata : les dharmas et, plus encore les non-dharmas doivent être abandonnés par ceux qui savent que le discours sur le Dharma est pareil à un radeau"

(Sutra  du diamant n° 6 - traduction Osho Rajneesh)


 
*Sutra : mise part écrit des discours du Bouddha
 (1) Arhat : Dans le bouddhisme, être, élève 
qui s'est libéré du cycle des renaissances (Samsara), 
mais sans avoir encore tout à fait  atteint l'état de Bouddha.
* Tathagata : mot bouddhique signifiant le Bouddha.
* Subhiti : l’un des proches disciples du Bouddha, 

avec Ananda, celui qui a recueilli les discours (stras) du Bouddha,
Dharma : la vie et l'enseignement de la vie.