Ca passe ou ça casse !


Qu'un Bouddha ne puisse plus dire "je"
et se nomme le "Tathagata" (1)
ça passe ... c'est même un signe de grande réalisation

Qu'un Krishnamurti ne puisse plus dire "je"
et se nomme l'orateur
ça passe ... c'est même un signe de grande réalisation

Qu'un Ramana Maharshi ne puisse plus dire "je"
et se nomme "ce corps" ou "le Jnani" 
  ça passe ... c'est même un signe de grande réalisation

Qu'une Ma Andanda Moyi ne puisse plus dire "je"
et se nomme "ce corps-ci", cette petite fille" 
ou même "cette poupée"
ça passe ... c'est même un signe de grande réalisation

Qu'un Swami Ramdas ne puisse plus dire "je"
et se nomme "Ramdas"  
ça passe ... c'est même un signe de grande réalisation

Qu'un Ramsuratkumar ne puisse plus dire "je"
et se nomme "ce mendiant"

  ça passe ... c'est même un signe de grande réalisation

Qu'un Don Juan (le Maître de Carlos Castaneda) 
 ne puisse plus dire "je" et se nomme "le Nagual"
  ça passe  déjà moins bien ... c'est même un signe 
de grand doute sur sa réalisation
 
Mais qu'un homme ordinaire ne puisse plus dire "je"
et se nomme Nil

ça ne passe plus du tout... c'est même le signe 
d'une illusion de réalisation

Intolérable pour des "je"
qu'un de "leurs semblables" (du moins le croient-ils)  
puisse s'exprimer sous forme impersonnelle  
ça ne passe pas... c'est même le signe d'un égo 
qui a grossit plutôt que disparu

Intolérable pour des "non-je"
qu'un de "leurs semblables" (du moins le croient-ils)
ne puisse plus s'exprimer en "je" alors qu'eux le peuvent
ça ne passe pas... ça casse

Intolérable pour celui qui ne peux plus dire "je"
de se forcer à le dire  
ça ne passe pas ... ça bug  
ça fait un 
Grand Silence

Nil




(1) Le Tathagata ou "le bien disparu"

Aucun commentaire: